Passer
INFO / SONXPLUS – Combien faut-il investir pour un amplificateur stéréo ?

INFO / SONXPLUS – Combien faut-il investir pour un amplificateur stéréo ?

Afin de souligner le mois de mars qui verra le grand retour du Salon de l’audio de Montréal, cet article donnera suite à notre série sur les chaines stéréo où nous avons étudié le cheminement des notes musicales de l’instrument jusqu’à l’oreille de l’auditeur.

Maintenant que l’on connait ce qui forme une onde sonore, mais aussi comment en faire la capture et la codifié pour ensuite en faire la lecture, nous nous attarderons a la dernière étape qui consiste à amplifié le signal pour le rendre audible.

 Il existe différents types d’amplificateurs offerts dans une gamme de prix très large. Il est très important de saisir nos besoins et attentes pour ne pas être déçu. En préambule d’un prochain article, nous ferons un lien avec l’autre pilier de la reproduction sonore : le haut-parleur. Les deux éléments se doivent d’être achetés en considération de l’un et l’autre.

Suivez le guide !

 4 types d’amplificateurs stéréo.

  L’amplificateur de puissance.

Ce type d’appareil est recherché par l’audiophile sérieux qui recherche puissance et précision. Ce genre d’amplificateur ne fait qu’alimenter les haut-parleurs et nécessite un préamplificateur pour sélectionner les sources et ajuster le volume. En règle générale, ce n’est pas ce que les débutants recherchent, ça vaut le coup, mais c’est plus onéreux. Préamplificateur

Les gens qui achètent ce genre d’appareil désirent façonner un ensemble « custom » à leur goût, en adaptant leurs budgets au perfectionnement de celle-ci. Par exemple, si vous n’écoutez jamais la radio FM, vous n’aurez pas à’investir dans un syntonisateur radio, ce qui vous laissera plus de budgets pour les autres composantes qui vous tiennent à cœur.

 L’amplificateur intégré.

Un amplificateur intégré est un appareil qui permet de sélectionner la source d’entrée, ajuster le volume ainsi que la tonalité. Par opposition à l’amplificateur de puissance qui lui, ne permettra pas de sélection ou contrôle et qui demandera l’ajout obligatoire d’un préamplificateur à cet effet.

 Le récepteur (Radio ou Network)

Ici, on fait référence à un « tous en un », car, en plus d’amplifier le son à des niveaux d’écoutes recherchés, il permettra l’écoute de sources tel le bon vieux FM pour les récepteurs radio, ou désormais, la radio web dans sa version Network (réseau). De plus, les récepteurs réseau, incorporeront un DAC ou décodeur analogique numérique permettant d’écouter les fameux fichiers FLAC et DSD disponible en téléchargement sur le marché. De plus, il y aura la plupart du temps, une prise d’entrée numérique coaxiale ou à fibre optique autorisant le branchement d’un lecteur CD, DVD ou un téléviseur récent.

 Le récepteur réseau ultra compact.

L’amplificateur lecteur réseau compact est une relative nouveauté. Ce genre d’appareillage implique un amplificateur intégré pour permettre d’y rattacher des périphériques variés, mais incorpore en plus, une suite complète de fonctionnalités adaptées au monde du numérique offert en web diffusion. Faisant appel aux nouvelles possibilités de conception, il sera très compact et convivial incorporant un grand affichage ainsi qu’une application similaire à ce que l’on retrouve avec les lecteurs réseau (voir notre article précédent). Ce type de produit est grandement appelé à gagner en popularité. C’est le nec plus ultra en matière de fidélité et de rendement.

 Ce qu’il faut savoir avant d’investir...

Sans trop approfondir, on doit rechercher un faible taux de distorsion en deçà de 0,05 % afin de s’assurer d’un bon réalisme à l’écoute. Le second point sera la puissance, celle-ci devrait se situer minimalement, pour une écoute d’ambiance, dans les 50 watts par canal gauche et droit soit 100 Watts au total. 200 watts et plus seront de mise pour une écoute plus dynamique.

Notez que plus vous disposerez de puissance, plus il sera possible d’éviter la distorsion dans votre écoute, car l’amplificateur ne « forcera pas ». Il est reconnu que la qualité de son se dégrade rapidement quand on excède la capacité. De plus, un « Ampli » qui n’est pas assez puissant pour votre besoin pourra endommager vos haut-parleurs…

Bien des gens croient que les haut-parleurs doivent être plus puissants pour pouvoir résister aux abus, mais c’est une erreur, car c’est plutôt l’inverse. Un ampli trop puissant fournira un courant plus propre qui fera claquer les haut-parleurs quand on les poussera un peu trop, donc vous l’entendrez et vous réduirez le volume. À l’inverse, un amplificateur qui ne sera pas assez puissant en dépassant sa capacité fournira un courant en continu qui fera fondre les bobines du haut-parleur. Vous n’entendrez pas l’ampleur du dommage, car le courant continu ne génère aucun son… sauf quand il sera trop tard…

Dernier point, le rapport signal / bruit qui lui, devra se trouver à moins (– ) cent décibels ou plus, afin que la reproduction ne soit absolument pas affectée par des bruits voleurs de puissance et dynamisme !

 Q : COMBIEN INVESTIR > AMPLIFICATEUR ? 

R : Tout dépendra de vos exigences du moment et de votre cheminement personnel parmi les 4 catégories suivantes :

Débutant : Pour celui ou celle qui veut tenter l’expérience, de l’écoute plus riche que procure l’équipement spécialisé a la sonorisation. Une expérience bien au-delà des radios de voiture ou portatives en tout genre.

Sérieux : Pour quiconque, désire une écoute plus véridique avec une meilleure capacité à gérer les passages plus exigeants en puissance qui sont source de distorsion, mais sans trop investir.

Puristes : similaire à l’investisseur sérieux, mais qui n’accepte aucun compromis dans la capacité de reproduction des passages doux (sans bruit de fond) aux passages les plus tonitruants tels que les canons de Pachelbel ou des passages soutenus tels qu’on le retrouve dans la musique « Heavy Rock » ou Techno Beats.

Audiophiles : Ceux qui en font une véritable passion, pour eux, c’est la recherche de la perfection…

  • Débutants : 350 $ à 699 $

Yamaha AS-301B
  • Sérieux : 700 $ à 1499 $

Cambridge Audio CX-A61
      
    • Puristes : 1500 $ à 2500 $

      Denon PMA1600
        
      • Audiophiles + 2500 $

        Naim Uniti Nova

        Les haut-parleurs

        Il y a deux grandes catégories au départ soit les pleins formats de type tour ou colonne et les formats étagères ou « book shelf ». Pour l’instant, les petits haut-parleurs demeurent un compromis, qui une fois qu’on les aura poussés à l’extrême (les très petits) détruiront la fidélité que l’amplificateur de qualité produira.

        … En effet, pour essayer d’entendre les basses fréquences, on rehaussera le réglage de la « Bass » qui fera trop « travailler » le haut-parleur qui à son tour dégradera l’ensemble des sons. Vous aurez le choix alors, soit un réglage sans vie, mais avec un son cristallin ou de la basse, mais avec une distorsion évidente.

        L’ajout d’un Subwoofer (extrême grave) ne réglera rien, car il sera difficile à calibrer pour ne pas couvrir le son du petit haut-parleur. Il sera souhaitable de choisir un haut-parleur de format moyen ou idéalement un plein format (tour).

        Règle générale, on recherchera une membrane de plus que 5 pouces au minimum (12,5 cm) pour les graves. Un seul dans le format étagère et deux ou plus dans les pleins formats. Un haut-parleur à deux voies (membranes de haut-parleur) formant un grave et un aigu fera l’affaire tandis que les plus grosses « colonnes » offriront 3 voies ce qui sera mieux pour la fidélité du son produit.

        Il est intéressant de constater que nos haut-parleurs plein format ne sont plus massifs comme au temps de nos parents.

        Autrefois, il existait des haut-parleurs allant jusqu’à 15 et même 18 pouces (37 à 45 cm) afin de produire un son grave et puissant. De pareils mastodontes n’étaient pas très élégants. Les nouvelles technologies permettent désormais un rendement similaire en utilisant une membrane de seulement 8 pouces (20 cm) ou moins. Il en résulte des haut-parleurs aux lignes plus fines et moins envahissantes au regard. Bravo le modernisme !

         Haut-parleurs, faire une sélection attentive.

        Ici, c’est cependant plus compliqué à choisir que pour l’amplificateur, car l’industrie du haut-parleur à une fâcheuse tendance aux hyperboles, exagérant leurs accomplissements. Plus que jamais, l’achat de haut-parleurs requiert de bons conseils honnêtes et une séance d’écoute pour valider le tout. La recommandation d’amis peut être utile, mais il vous reviendra la décision définitive qui impliquera de faire le débourser…

        Après le choix du format (1) en fonction de sa capacité de reproduire les graves sans affecter le reste de la gamme, il faudra porter attention au Tweeter (2), le petit haut-parleur d’aigu. Le son du tweeter se devra d’être soyeux, car pour bien entendre comme si l’on y était, les notes aiguës devront être comme dans la vraie vie. Par exemple, une cymbale ne devra pas ressembler au son d’une assiette à tarte ! Le tout se situe dans les nuances et les aigus confèrent le réalisme.

         Haut-parleurs, COMBIEN INVESTIR ?

        Selon que vous optez pour un haut-parleur de format réduit qu’on appelle dans le jargon du milieu un « Bookshelf « (étagère) ou pour un plein format, la gamme de prix variera beaucoup.

        Selon ce qui est reconnu présentement, voici une suggestion de budget à prévoir selon la catégorie.

        Encore une fois, je vous propose 4 catégories d’acheteurs :

        Débutant : Pour celui ou celle qui veut tenter l’expérience de l’écoute supérieure aux écouteurs, radio de voiture, portative et j’en passe.

        Sérieux : Pour quiconque désire une écoute plus nuancée de type grand amateur (audiophile) sans trop investir.

        Puristes : Pour les gens qui désirent ne rien manquer dans toutes les nuances musicales, on parle de ressentis autant que de l’écoute de précision, la captation des nuances aux attributs émotionnelles…

        Audiophiles : Ceux qui en font une véritable passion, pour eux il n’y aura aucun compromis, c’est la recherche de la perfection…

        Haut-parleurs compacts :

        • Débutant :

          350 $ à 499 $ la paire.

          Paradigm Atom se
        • Sérieux:

          500 $ à 1199 $ la paire.

          Paradigm Premier 200

        • Puristes :

          1200 $ à 2699 $ la paire.

          Focal Aria 906
        • Audiophiles:

          + 2700 $ la paire.

          Focal Kanta

        Haut-parleurs plein format :

        • Débutants :

          800 $ à 1299 $ la paire. Paradigm Monitor 6000

        • Sérieux:

          1300 $ à 2699 $ la paire. Focal Chora 826

        • Puristes :

          + 2700 $ la paire.

          Focal Aria 926
        • Audiophiles:

          + 4500 $ la paire. Paradigm Founder 120H

        Le mot de la fin.

        J’espère que cet exercice vous aura été utile. Il n’est pas nécessaire d’avoir un baccalauréat en ingénierie pour acquérir un ensemble de son. Se fier aux conseils professionnels et à son oreille fera l’affaire. Se renseigner sur des forums est aussi une bonne source d’information pour valider vos choix.

        Plus un manufacturier ou un marchand prend des détours et utilise une terminologie pompeuse, plus vous aurez intérêt à vous méfier et à contre vérifier. Bien sûr que si vous êtes à l’aise avec les terminologies du domaine, ce sera un plus de pouvoir lire ou discuter sur le sujet, mais à la base, l’expérience humaine fera foi de tout !

        Restez à l’écoute !

        - Christian 

        Article précédent INFO SONXPLUS : Les haut-parleurs : Le maillon le plus critique de votre chaine stéréo.
        Article suivant Bonjour printemps ! Guide pratique SONXPLUS de sonorisation quatre saisons. Édition 2022

        Laisse un commentaire

        Les commentaires doivent être approuvés avant publication

        * Champs obligatoires